Archives de Catégorie: Divers

Une trentaine de pêcheurs identifient les espèces…

Une opération menée avec rigueur qui respecte la vie des poissons. © Droits réservés

Jeudi 18 septembre, sur les bords du Loiret, en amont de la pointe de Courpain, la fédération départementale de pêche procédait à une pêche électrique d’envergure.
Des membres de huit fédérations voisines étaient venus prêter main-forte, mobilisant ainsi une trentaine de personnes. Une opération menée avec une rigueur quasi militaire et dotée d’une importante logistique.
Les pêcheurs, immergés jusqu’à la taille, alignés sur toute la largeur du cours d’eau, ont parcouru, lentement près de 200 mètres. Les uns, munis d’une électrode, avaient pour mission d’endormir les poissons. Les autres, équipés d’épuisettes, les prélevaient pour les remettre à une équipe postée sur la rive.
Recenser la faune piscicole sur ce tronçon
Cette dernière était chargée d’identifier les espèces, de les comptabiliser et de mesurer les spécimens remarquables. Comme ces anguilles, aux belles mensurations : un mètre de long pour près de deux kilos. Tous les poissons prélevés ont, ensuite, été remis à l’eau.
Il s’agissait d’une démarche scientifique visant à recenser la faune piscicole présente sur ce tronçon du Loiret, afin d’en tirer des conclusions sur la qualité écologique du milieu aquatique. Les poissons restent, en effet, le meilleur indicateur de la santé d’un cours d’eau. Le diagnostic ainsi établi permettra à la fédération de pêche d’adresser des préconisations aux services de l’État et à l’agence de l’eau Loire-Bretagne, partenaire essentiel de l’opération.
Les techniciens de la fédération, en bons scientifiques, se gardent bien de livrer des conclusions « à chaud ». Mais quelques impressions filtraient. « Je ne pensais pas qu’il y avait autant de poissons dans le Loiret », s’étonnait un visiteur face aux 17 espèces répertoriées. « La présence de chabots, de loches et d’anguilles témoigne, a priori, d’une bonne qualité de l’eau », confiait Stéphane Hippolyte, vice-président de la fédération.

Article extrait de LA REPUBLIQUE DU CENTRE du 19/09/2018.

Publicités

L’inquiétante disparition des vers de terre…

Hubert Reeves a déclaré que la disparition des vers de terre était un problème aussi important que le réchauffement climatique.L’usage intensif de pesticides entraîne l’extinction progressive des vers de terre. Une catastrophe écologique selon l’astrophysicien Hubert Reeves, 85 ans, qui alerte et rappelle à quel point la biodiversité doit être protégée.

Pour Hubert Reeves, la disparition des vers de terre est une catastrophe
Malgré ses 85 ans, Hubert Reeves, le célèbre astrophysicien, poursuit son combat pour sauver la planète. Cette fois, il alerte sur la disparition des vers de terre : «Nous sommes en train de vivre un anéantissement biologique». Il a même évoqué «une extinction de masse des animaux», au Muséum de Sciences naturelles de Bruxelles (Belgique) lors de la sortie de sa bande dessinée portant sur la biodiversité.

Pour Hubert Reeves, leur disparition est une catastrophe. Pour rappel, ces invertébrés vivent dans le sol entre 15 et 30 centimètres de profondeur et passent leur existence à creuser des galeries. Ils ingèrent de la matière organique issue de la décomposition des feuilles et branches d’arbre, et ce métabolisme produit un fertilisant naturel pour les sols. Par conséquent, un sol est souvent fertile grâce aux vers de terre.

En 1950, il y avait deux tonnes de vers par hectare, aujourd’hui, il n’y en aurait pas plus de 200 kg par hectare…

Et Hubert Reeves ajoute :
«La diminution des vers de terre, ça ne fait pas la Une des journaux. Cependant, c’est tout aussi grave que le réchauffement climatique. Il faut alerter sur l’importance de préserver la nature sous cette forme qui est proche de nous, mais que la plupart du temps nous ignorons parce que ça marche tout seul».
Les vers de terre, en creusant leurs galeries, facilitent également la pénétration de l’eau dans les sols. Des flaques d’eau se forment sur certains sols tels que les champs. Ceci est le signe d’une rareté ou d’une absence de vers de terre, ayant fui les lieux en raison d’une présence trop importante de pesticides. Le fait est que les chiffres sont alarmants : en 1950, il y avait deux tonnes de vers par hectare. Aujourd’hui, il n’y en aurait pas plus de 200 kg par hectare ! Selon Hubert Reeves, il serait temps d’observer un retour à un équilibre qui était en vigueur au milieu du XXe siècle.

Extrait de wakeupinfo. Par Marie-Eve Wilson-Jamin (Source)

FORUM DES ASSOCIATIONS A OLIVET…

Samedi 8 septembre à partir de 10h au centre sportif du Larry… Des activités pour tous les goûts avec près d’une centaine d’assos dans tous les domaines !!!Toutes les informations ICI

Sortie du magazine de pêche 1max2peche n°28…

Sortie du numéro 28 gratuit…                                               Juillet – Aout 2018

 

 

 

 

 

Cliquez sur la couverture pour lire le magazine…

Une nouvelle opération de faucardage pour 2018…

Extrait de la République du Centre du 20/06/2018.
L’association syndicale de la rivière du Loiret a tenu son assemblée générale, récemment. Il a été fait un bilan des assises et des études sur l’avenir de la rivière.
L’assemblée générale de l’ASRL (association syndicale de la rivière du Loiret) s’est tenue récemment, sous la présidence de Jean-Claude Bennery.
L’occasion de faire le point sur l’état de santé du cours d’eau dont sont chargés les deux gardes-rivières, Stéphane Thauvin et Sylvain Pinault.
En 2017, plusieurs actions ont été réalisées et déclinées. L’ASRL a poursuivi l’inventaire des plantes aquatiques. Les espèces les plus présentes sont toujours, entre autres, les algues vertes filamenteuses. Pour lutter contre les herbes invasives, le faucardage s’est poursuivi en 2017. Ainsi, 150 tonnes ont été éva-cuées en compostage après égouttage de 24 heures, contre 144 tonnes en 2016. L’opération de la zone centrale a été financée par Suez Lyonnaise des eaux ; la partie amont, par l’Agence de l’eau (1.440 €), l’ASRL (9.556 €), l’Aviron Club Orléans Olivet (3.000 €) et le Brochet olivetain (2.000 €) pour un montant total de 15.996 € TTC. Les frais de transport et de compostage ont été pris en charge par la ville d’Olivet. Dans le courant de cet été, un nouveau faucardage sera engagé. Au cours de cette assemblée générale, il a également été fait un bilan des actions des assises du Loiret, instance regroupant plusieurs acteurs, créée pour réaliser un état des lieux de la rivière à partir des études déjà menées et construire l’avenir de la rivière.
Réduire la largeur du cours d’eau
Parmi toutes les actions prévues d’ici 2026, des travaux pourraient réduire la largeur du cours d’eau. Ils viseraient à créer une île au milieu du Loiret ou réaliser des « banquettes » sur chaque rive du Loiret pour réduire la largeur du lit de la rivière.
Hugues Saury, sénateur du Loiret et conseiller départemental du canton d’Olivet, présent à l’assemblée générale, a précisé : « Les décisions lourdes qui pourraient résulter des différentes études et des assises de la rivière devront être présentées aux riverains du Loiret ».

Sortie du magazine de pêche 1max2peche n°27…

Sortie du numéro 27 gratuit…                                               Mai – Juin 2018

 

 

 

 

 

Cliquez sur la couverture pour lire le magazine…

Bientôt l’ouverture de la pêche aux carnassiers…

 BONNE SAISON A TOUS, PECHEZ BEAUCOUP ET PRELEVEZ PEU !!! 👍

Un nouveau site internet pour la Fédération de pêche du 45…

Le site de la Fédération de Pêche du Loiret se modernise…Vous trouverez des choses intéressantes dont la carte GEOPECHE…👍

Cliquez sur l’image pour accéder au site…

FAITES SIMPLE…

Tous les leurres durs peuvent être armés d’hameçons simples. Passer à l’hameçon simple pour vos leurres durs (poissons nageurs, cuillers, etc…) présente de multiples avantages :
• Blesse beaucoup moins le poisson. Parfait pour la remise à l’eau du poisson !
Pour les pratiquants du no-kill, c’est une évidence de remplacer les triples par des hameçons simples. Un poisson pris avec des triples aura tendance à saigner beaucoup plus, limitant ainsi ses chances de survie… (Les traumatismes sont beaucoup plus sérieux et le second triple du leurre a souvent tendance à s’accrocher aux ouïes ou dans les yeux du poisson).
• Les hameçons simples offrent la particularité de limiter les accrochages dans les milieux encombrés. Ainsi, ce type de montage s’avère excellent pour les zones d’herbiers (malheureusement trop présentent dans le Loiret) ou les hauts fonds rocheux où les risques d’accroches seront fortement minimisés.
• Une pointe unique perce mieux les cartilages durs. Les simples sont fortement recommandés pour les poissons à la gueule très dure comme par exemple le sandre, et permet également une meilleure tenue du poisson qu’un triple et limite ainsi les décrochés.
• Peinture des leurres moins abimée qu’avec des triples et il s’avère aussi beaucoup plus facile à dégager des mailles d’une épuisette… Contrairement aux idées reçues, vous ne décrocherez pas plus de poisson, mais contribue à relâcher le poisson dans de meilleures conditions…
Nous entendons bien souvent que l’on décroche plus de poissons avec des hameçons simples. En effet, cela peut être le cas si vous n’appliquez pas une simple règle de base. Retenez bien ce principe fondamental ; la courbure de l’hameçon simple doit être supérieure à la hauteur du corps du leurre utilisé.Nous vous conseillons de monter le simple ventral avec la pointe vers l’avant et le simple de queue vers l’arrière.
Astuce : Pour remplacer vos triples par des simples, nous vous recommandons que la largeur de l’hameçon simple corresponde à celle du corps du leurre. Notez que dans certains cas la taille de l’hameçon doit encore être augmentée…

Et n’oubliez pas d’écraser les ardillons (voir l’article ICI)…

BONNE SAISON A TOUS, PECHEZ BEAUCOUP ET PRELEVEZ PEU !!! 😉

Une carpe record de plus de 25 kg prise dans le Loiret privé…

A la pesée, ce joli spécimen, a bloqué le peson à 25 kg !!!!
« pêchée fin mars par l’équipe Marguerite »